Les intervenants de la journée d’étude (8)

J-5 avant la journée d’étude de vendredi ! En ce dimanche, nous vous présentons Jean-Philippe Legois qui interviendra à 16h10 sur le thème : « Les archivistes et les données à caractère personnel (‪#‎EUdataP‬) : se mobiliser, se faire comprendre, faire comprendre son rôle, se faire entendre ? Un malentendu ? »

Archiviste et historien, responsable de différents services d’Archives municipales depuis 1994, actuellement à la Ville de Sevran, Jean-Philippe Legois a dirigé, de 2004 à 2009, la Mission de préfiguration d’un Centre de ressources dédié aux mémoires étudiantes à Reims, projet pérennisé sous le nom de Cité des mémoires étudiantes à Aubervilliers et qu’il continue à présider. Ayant présidé l’Association des archivistes français de mars 2013 à octobre 2014, il est par ailleurs vice-président du GERME (Groupe d’études et de recherches sur les mouvements étudiants) et chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences-Politiques de Paris.
Parmi d’autres publications, notamment sur l’histoire des mondes étudiants et universitaires dans les « années 68 », il a coordonné, en 2004, le numéro de La Gazette des Archives sur « Archives et mémoires étudiantes : état des lieux » (n°193), a récemment co-coordonné (avec Mathias Gardet et Eliane Lochot) celui sur « Archives des jeunesses, jeunesses des archives » (n°235, 2014) ou a encore publié « Archives et mémoires étudiantes : « non-lieu » de « mémoire » ? » dans le numéro 17 d’In Situ, revue des patrimoines sur « Les patrimoines de l’enseignement supérieur » (coord. par Christian Hottin, 2011-2012).

Résumé de son intervention :
De mars à novembre 2013, la très grande partie de la profession d’archiviste s’est mobilisée contre le projet de règlement européen sur les données à caractère personnel. Cela s’est traduit par une pétition #EUdataP se voulant « citoyenne », lancée avec d’autres associations de professionnels de l’information, de chercheurs et de généalogistes… et relayée également sur le plan international.
Cette mobilisation en tant que professionnels ET citoyens nous a obligé collectivement à (essayer de) mieux se faire comprendre par nos partenaires, interlocuteurs, concitoyens… et les médias !
Malgré le succès numérique (51 085 signataires) et le report de l’adoption de ce projet de règlement européen, ce mouvement inédit n’a pas (encore ?) obtenu un autre règlement européen correspondant au souhait de ces citoyens. Et finalement, les archivistes souhaitaient-ils vraiment peser pour un autre règlement ? Pouvons-nous, voulons-nous être une force de proposition, y compris par rapport aux législateurs, européens… ou nationaux ?
Cette communication visera donc à aborder subjectivement ces questions avec sérieux, mais en se débarrassant, encore plus dans le contexte actuel, de tout esprit de sérieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s